Réalisation des Droits

La rhétorique sur les droits forestiers doit être en adéquation avec la réalité du terrain. Les négociations mondiales sur les forêts et le changement climatique ont commencé à reconnaître l’importance des droits et de la tenure des acteurs locaux comme une composante fondamentale pour atteindre les objectifs du climat en lien avec les forêts. Malheureusement, ces mêmes négociations stimulent l’accroissement des aires de conservation et des marchés internationaux de carbone forestier, lesquels menacent l’accès des populations locales aux ressources. Pour les communautés forestières dont les droits sur la terre et sur les ressources sont déjà menacés, tant par des industries extractives que par l’accroissement de la demande pour les biocarburants, ces développements introduisent de nouvelles difficultés pour tirer bénéfice de leurs droits légaux.


L’approche de RRI

Ce programme porte sur les problématiques cruciales existant lors de la mise en place de revendications de tenure. Il favorise l’apprentissage au sein de différents groupes, recueille et promeut les meilleures pratiques permettant d’améliorer l’accès à une approche de la réforme foncière basée sur les droits et ses résultats.


Réinventer la Conservation

Au regard du fait que la conservation de la biodiversité protège la qualité de l’eau et de l’air, l’état des sols, et qu’elle fournit des ressources importantes pour les moyens d’existence, les médicaments et la nourriture, elle bénéficie de fait aux moyens d’existence des populations.


Néanmoins, une etude de RRI de 2010 a révélé que la pratique de la conservation sans discernement, qui s’intensifie en raison des financements accrus de REDD+, était une des principales difficultés pour le bien-être des communautés forestières. Le rapport conclut que les forces motrices derrière de nombreux projets de conservation sont l’ampleur et la force des acteurs organisationnels, et de ceux du secteur privé qui ont des intérêts liés à la réussite de REDD.


En réponse à ces acteurs mondiaux qui cherchent à accroître les aires de conservation de 70% durant la prochaine décennie, RRI déploie des efforts afin de développer une stratégie plus robuste, pour déclencher un changement de paradigme dans la pratique de la conservation dirigée par les communautés, et qui respecte les droits de l’homme et leur bien-être. Avec l’aide de ces Partenaires et Collaborateurs répartis à travers le monde, RRI conduira des études et organisera des rencontres, destinées à catalyser l’apprentissage et à inciter au dialogue de haut niveau, sur des visions et des pratiques alternatives de la conservation de la biodiversité centrée sur les êtres humains.


Cartographie sociale

Avec la cartographie sociale (ou cartographie communautaire participative) des ressources naturelles, les communautés développent, possèdent et utilisent des outils, qui leur permettent de documenter des éléments concernant le foncier et les ressources dont elles ont besoin. Ce processus donne aux populations locales du monde entier, un outil vital pour leur permettre de participer aux débats sur leurs droits aux ressources. Son utilisation s’accroît de manière exponentielle au fur et à mesure de l’avancée de REDD+. Actuellement, les trois régions dans lesquelles RRI s’est engagée, pratiquent différentes formes de cartographie sociale, fournissant ainsi une opportunité d’apprentissage interculturel.


Afin de capitaliser cette opportunité, RRI facilite un processus d’échange international, en commençant par un seminaire en Amérique latine, qui devrait permettre de partager des enseignements de communautés expérimentées, avec des participants du monde entier, afin de promouvoir de bonnes pratiques et les bénéfices de ces pratiques.